SNQ Lanaudière

Société nationale des Québécoises et Québécois de Lanaudière (SSJB) Inc.

20 novembre 2017
Accueil » SNQL en action » Mémoires et prises de position

Mémoires et prises de position

La SNQL présente, selon les circonstances, des mémoires aux gouvernements sur des sujets d’intérêts collectifs pour l’ensemble des Québécoises et Québécois et pour les citoyennes et citoyens de Lanaudière. Elle prend position sur des sujets d’ordre politique, économique, social et culturel. Des commissions consultatives se penchent régulièrement sur ces sujets.

Voici quelques exemples pour lesquels la SNQL est intervenue : 

1960 - Prises de position en faveur de l’étatisation de l’électricité, du Régime des Rentes du Québec.

1969 –Prise de position en faveur de la souveraineté du Québec.

1970 - Prise de position  contre la loi des mesures de guerre pendant la crise d’octobre.

1974 - Prise de position sur la situation de la langue française dans l’enseignement, dans le milieu des affaires, au niveau de l’affichage et dans le domaine du travail, la SNQL proposait :

  • que le système scolaire public soit français;
  • que les anglophones s’intègrent à notre système scolaire;
  • qu’aucune langue seconde ne soit enseignée avant le niveau secondaire;
  • que le français devienne la seule langue de travail au Québec.

1995 - Présentation d’un mémoire sur l’enseignement de la langue française et de l’histoire nationale comme lieux de culture au Québec lors de la Commission des États généraux sur l’éducation. Les principales recommandations étaient :

  • de mettre davantage l’accent sur l’apprentissage du français en l’axant sur des oeuvres littéraires dès le niveau primaire;
  • d’enseigner les langues d’usage (anglais et espagnol obligatoires) à partir de la première année du secondaire;
  • d’enseigner l’histoire nationale de façon obligatoire à partir du primaire,     puis à tous niveaux scolaires.

1997 - Appui de la SNQL au mémoire déposé par le Mouvement national des Québécoises et Québécois et la Société St-Jean-Baptiste de Montréal, à la Commission parlementaire chargée de l’étude du projet de loi numéro 109, relatif à la mise en place de commissions scolaires linguistiques: «Enfin regarder ensemble dans une même direction.»

1999 - Appui de la SNQL au mémoire présenté par le Mouvement national des Québécoises et Québécois sur la déconfessionnalisation du système scolaire: «En démocratie, il ne peut y avoir de religion officielle».

2000 - Présentation d’un mémoire rédigé par Mme Roxanne Bouchard, écrivaine et professeur de Littérature française au cégep de Joliette, à la Commission des états généraux de la langue française au Québec, présidée par M. Gérald Larose.  La SNQL recommandait ce qui suit.

Dans les milieux de travail:

  • revoir la législation linguistique afin de protéger l’usage du français au Québec et plus particulièrement à Montréal;
  • affirmer le caractère francophone de notre territoire et le visage francophone de Montréal;
  • renforcer les mesures d’intégration des personnes immigrantes.

Dans l’enseignement en milieu scolaire :

  • revenir à l’apprentissage exclusif du français au niveau primaire;
  • enseigner de façon obligatoire les langues d’usage (anglais et espagnol) à partir du niveau secondaire;
  • intégrer les personnes immigrantes à cet enseignement dès leur arrivée.

Rappeler au gouvernement sa responsabilité en matière linguistique:

  • promouvoir et valoriser la langue française comme fierté nationale;
  • réaffirmer le statut du français comme étant notre langue nationale;
  • affirmer le visage français d’un Québec solidaire à la cause francophone au niveau international;
  • refondre la loi 101 et en réaffirmer les principes initiaux.

2001 - Appui au mémoire du Mouvement national des Québécoises et Québécois sur le déséquilibre fiscal entre le gouvernement fédéral et les provinces, sous le titre suivant. «Un gouvernement de trop.»    

2002 - Participation de la SNQL  aux États généraux  sur la réforme des institutions démocratiques et du  mode de scrutrin. Appui au mémoire du Mouvement national des Québécoises et Québécois intitulé: «Ouvrir notre régime politique à la pluralité des voix».

2005 -Participation de la SNQL au contenu et à la diffusion dans la région de Lanaudière  du manifeste  du MNQ, sur l’enseignement de l’anglais dès la première année du primaire. La SNQL a fait parvenir à toutes les écoles de la région le texte intitulé: «S’ouvrir au monde sans oublier qui nous sommes».

2007 - Présentation d’un mémoire rédigé par la présidente de la Commission de la langue française et secrétaire de l’exécutif de la SNQL, Louise Plante, devant la Commission Bouchard-Taylor, sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles. La SNQL situait le problème ainsi :

  • le malaise ressenti face à certaines demandes d’accommodements pour des raisons religieuses;
  • les demandes de dérogations à la Charte de la langue française.

La SNQL y recommandait, entre autres :

Que le gouvernement du Québec, qui participe à la sélection des personnes immigrantes sur son territoire, mette en place une structure d’accueil qui informe clairement les candidats au statut d’immigré des valeurs de la société dans laquelle ils demandent à vivre en s’établissant au Québec.

  • La séparation de l’Église et de l’État.
  • L’égalité des droits entre les hommes et les femmes.
  • Le français comme langue officielle du Québec
  • L’obligation pour les enfants de fréquenter l’école française si leurs parents n’ont pas eux-mêmes reçu leur formation dans des institutions anglophones.
  • Le respect des horaires et contenus des cours dans les institutions d’enseignement.
  • Le respect des règles concernant les équipements et uniformes des services de police, d’ambulanciers, de pompiers, de professionnels de la santé et des organisations sportives.      

La SNQL disait OUI à l’apport des immigrants, OUI à une structure d’accueil qui inclut la formation à la langue française obligatoire, OUI à la générosité dans les rencontres. Cependant, la SNQL refuse que les choix sociaux, politiques et culturels de la société québécoise soient battus en brèche par des accommodements allant à l’encontre des valeurs de cette société.

 

Conception graphique : Kiwigraphik  |  Réalisation : NeXion